Echourouk TV Ennahar TV
France 24 Sky News al-jazeera BBC


try another color scheme:

/ alwahatech newest threads
  !


P A ! n
  alwahatech > ~][][ ][][~ > >



La langue franaise travers les ges

Les origines D'o vient la langue francaise ? En grande partie du latin populaire, parl en Gaule depuis la conqute romaine (52 avant Jsus-Christ). Nous avons aussi fonds celtique,

 
 
06-14-2013, 09:14 PM   #1
La langue franaise travers les ges








Les origines
D'o vient la langue francaise ? En grande partie du latin populaire, parl en Gaule depuis la conqute romaine (52 avant Jsus-Christ). Nous avons aussi fonds celtique, avec des mots surtout champtres, comme alouette, arpent, des noms de lieu. En mme temps, on a pu dire que c'tait la plus germanique des langues romanes , du fait de l'influence des peuples germaniques, qui durant des sicles ont occup le Nord du pays.
IVe-XIIe sicles - Le roman et l'ancien franais
Il y a d'abord une priode dite gallo-romaine (du IVe au VIIIe sicle environ) puis romane (IXe-XIe sicles), avec une langue et une culture fondamentalement lies aux traditions latines, trs fortes dans le sud. Les premiers textes en roman (nom donn alors notre langue) sont rares (Serments de Strasbourg, sign en 842, premier acte officiel crit du franais).
À partir des XIe-XIIe sicles, c'est une priode dite gothique, avec influence des pays du Nord et surtout de l'Angleterre, qui occupe une bonne partie de la France jusqu' la fin de la Guerre de Cent ans. C'est la priode anglo-normande, avec des critures jambages compliqus qui rappelle l'art des cathdrales.
Il n'y a pas au Moyen-Âge une langue mais des langues parles, non pas un franais, mais des franais, avec une grande libert de structures et de tournures. De plus, on parle roman, mais on crit latin.
XIVe - XVe sicles - Le moyen franais
À partir de la fin du XIIIe sicle, la langue du roi est mieux reconnue et devient une langue de prestige. Mais la France reste un pays bilingue.
Aux XIVe-XVe sicles, c'est la priode des humanistes : sous l'influence de la Renaissance italienne, on assiste par rapport au latin un renouvellement et un dveloppement considrable du franais. Sous l'effet de bouleversements majeurs (Guerre de Cent ans) et aussi d'volutions internes, cette langue se transforme rapidement. Proche l'origine de ses soeurs latines, italien et espagnol, elle s'en loigne, devient plus savante. Son criture garde les lettres muettes de l'poque prcdente, qui ne sont plus prononces. Les anciennes dclinaisons disparaissent, l'ordre des mots change, la cort li roi devient la cour du roi, Dieu, en cui nom, devient Dieu, au nom de qui.
Le vocabulaire s'enrichit avec des formes venues directement du latin, comme indubitable, rotule, captif, etc. ( ct de doute, rouelle, chtif...). Il prsente depuis, jusqu' nos jours, ce double caractre la fois populaire et savant que l'on retrouve dans l'ensemble de notre langue. Le vieux fonds latin et germanique a t plusieurs reprises renouvel par des emprunts, des remaniements et des doublets. C'est avant tout par la traduction partir du latin que se rpandent les ouvrages en langue franaise ncessaires au dveloppement de la nouvelle culture.
XVIe sicle - La Renaissance
Avec l'invention de l'imprimerie, et surtout partir de la Renaissance, la question de la fixation de la langue du roi se pose encore plus fortement. Il faut crire les lois, traduire la Bible, et les partisans du protestantisme, souvent des artisans et des gens des villes, vont faire beaucoup cet gard.
Les interventions royales bannissent le latin en faveur du franais dans les arrts de justice : ordonnances successives de 1490, 1510, et enfin de 1539, avec le clbre dit de Villers-Cotterts, qui entrine en bonne part une situation dj existante. C'est aussi l'ge d'or des grands dictionnaires avec le Dictionnaire franoislatin de R. Estienne, 1539 et 1540, le Thrsor de la langue franaise de Nicot, 1606, etc.
La Renaissance est de loin l'poque qui a connu la plus grande richesse lexicale, due aux emprunts au latin et surtout l'italien (prs de 1000 mots). On publie des Arts potiques, des grammaires. On prend la dfense du franais contre les langues anciennes (Deffence et illustration de la langue franoyse, 1549, de Joachim du Bellay). Ronsard et la Pliade prennent la tte d'une vaste campagne en faveur du renouvellement de la langue et surtout de l'orthographe, et ils connaissent le plus grand succs.
XVIIe sicle - Le franais classique
Au XVIIe sicle, les questions de langage passionnent non seulement la Cour et la Ville (de Paris), mais de larges couches provinciales. Faut-il dire sarpe ou serpe, doleur ou douleur ? On blme des tournures comme je le vous porterai demain [pour je vous le porterai], ou je ne le veux pas faire [pour je ne veux pas le faire].
Richelieu cre l'imprimerie royale (1640) et surtout l'Acadmie franaise (1635), charge de faire un dictionnaire (lequel paraitra seulement en 1694) et de prendre soin de la langue.
Vers 1650 se forme dans les salons une intense vie mondaine, Mme de Rambouillet et les Prcieuses veulent tre desfemmes savantes. Elles introduisent des faons de parler en partie ridicules, mais d'autres lgitimes et qui nous sont restes. Elles veulent faire la loi, y compris sur le terrain de l'orthographe (Dictionnaire des Prcieuses). Elles demandent une criture simple, car elles ne connaissent pas le latin.
Avec le rgne personnel de Louis XIV se fait jour une nouvelle " Renaissance " des lettres, des arts, de l'imprimerie franaise, et la langue en bnficie. Les premiers dictionnaires entirement franais de Richelet 1680, Furetire 1690, Acadmie 1694 contribuent rpandre le " beau langage ".
Cependant, la varit des parlers est loin d'tre morte. Ainsi, Racine, arrivant Uzs, se met parler italien ou espagnol pour mieux se faire comprendre (Lettre La Fontaine).
XVIIIe sicle - Le " Sicle des Lumires "
À la priode suivante, l'enseignement du franais se dveloppe. À ct d'une certaine prciosit des milieux mondains, apparait avec l'extension de la presse une prose nerveuse et incisive, qui s'affirmera chez les Philosophes et surtout dans l'Encyclopdie.
L'Acadmie, elle aussi, innovera constamment au XVIIIe sicle. Elle modifie plusieurs milliers de mots dans ses ditions de 1740, 1762 et 1798, abandonnant l'ancienne orthographe et mettant en place celle qui est devenue la ntre. Elle supprime les consonnes muettes du type bled/bl, crud/cru, apprentif/apprenti, verrouil/verrou, fruict/fruit, et tous les s muets internes qui servaient noter les diffrentes voyelles. Elle met en place pour les remplacer un systme complet d'accentuation, accents aigus, graves et circonflexes.
Le franais est devenu une grande langue diplomatique internationale, parle dans toutes les cours des rois et les ambassades. Voltaire est invit chez Frdric II de Prusse, Diderot Saint-Ptersbourg par la grande Catherine de Russie. On prend conscience du prestige ainsi acquis, ce qui ne manque pas d'amener un certain sentiment de supriorit. Ainsi, en 1784, le prix de l'Acadmie de Berlin est donn Rivarol pour son Discours sur l'universalit de la langue franaise, o il soutient la thse d'une perfection de forme propre la langue franaise, grce sa clart et sa rationalit.
Rvolution, Empire, XIXe sicle - Le franais moderne
Vers la fin du sicle vient l'poque agite de la Rvolution. Sur le plan du vocabulaire, des mots comme gabelle, dme, snchausse, bailliage, vont disparatre et faire place de nouveaux termes, politiques, sociaux, institutionnels.
On abolit les noms de titres (prince, sire, duc, et mme Monsieur, remplac par Citoyen). On instaure le tutoiement public. La syntaxe volue galement. Mais la Rvolution, une grande partie de la population sur l'ensemble du territoire comprend le franais mais ne l'crit pas et un habitant sur quatre, surtout dans les campagnes, ne parle que le patois ou la langue rgionale.
Au dbut, tous les textes publics sont traduits dans les diverses provinces. Puis un retournement se fait, et la politique de la langue devient plus centralisatrice (Rapports de Barrre et de Grgoire, 1794). Les migrs franais maintiennent au dehors des usages dsuets, crant ainsi une coupure avec l'volution interne (on prononce l'tranger j'avoes pour j'avois, j'avais en France).
Sous l'Empire, il y aura dans les lyces un retour au latin, avec un grand dveloppement des sciences et des mathmatiques. L'Acadmie est restaure dans tous ses droits par Louis XVIII en 1816, et publie une dition nouvelle de son dictionnaire en 1835, une autre en 1878, avec des modifications non ngligeables. Le franais se dote de l'armature ncessaire aux nouveaux impratifs d'une ducation tendue (lois Guizot, 1832-34). Les dictionnaires se font de plus en plus gros : P. Larousse, Grand dictionnaire universel en 17 vol., 1865, puis le Dictionnaire de la langue franaise de Littr, 1872.
Sous Louis-Philippe, ct des mots du romantisme, les sciences et les inventions rpandent aussi dans l'usage des systmes entiers de nouvelles nomenclatures, postes, chemin de fer, navigation vapeur, tlgraphe, etc.
Sous le second Empire, c'est le monde de la presse, des affaires, de la publicit qui multiplie les nologismes et les termes de vulgarisation scientifique. Les anglicismes pntrent dans les domaines de la mode, de la politique et des sports. La langue populaire et l'argot commencent avoir droit de cit en littrature (Chanson des Gueux de Richepin, 1876). Les lois de Jules Ferry sur l'Enseignement obligatoire (1882-1885) donnent l'État des obligations considrables, celles d'apprendre lire et crire le franais l'ensemble de la population.
XXe sicle - Le franais contemporain
Les progrs de l'instruction publique ont pour effet une meilleure connaissance gnrale de la langue, et l'volution de la socit fait que chaque citoyen a besoin de bien la matriser pour dfendre et exercer ses droits dans la vie quotidienne. Les questions linguistiques prennent ainsi une importance accrue.
Ces derniers temps, la langue orale semble reprendre plus que jamais sa marche en avant. Les troncations de mots se multiplient, mtro, Vl d'hiv, Caf con', accu, cin (d'o cinaste). Les mots s'usent vite : J3 a fait place hippy, patant, mini-, maxi-, font place sensas ', formid ' ; elle est belle devient elle est " trop ", etc. Le domaine des dictionnaires s'enrichit sans cesse. Les mdias diffusent en permanence dans le public de nouveaux vocabulaires (sport, cinma, conomie, sciences). Mais, inversement, leur influence a tendance unifier et normaliser les diffrentes faons de parler.
On assiste ainsi la fois, paradoxalement, une dpendance de plus en plus forte de la langue vis--vis des normes et de l'crit, due la presse, la radio, la tlvision et surtout l'instruction, et une libration gnrale des usages. Si l'on y rflchit, ces tendances contradictoires sont toutes deux la fois ncessaires et bnfiques. Une langue a besoin pour se maintenir de se renouveler, elle a galement besoin d'tre fixe.
Il y a aussi l'influence de l'anglo-amricain, dont le rle croissant en tant que langue de communication internationale ne signifie pas pour autant un recul des langues nationales, qui peuvent et doivent coexister et prosprer.
Les faons de parler le franais sont enfin de plus en plus diversifies, travers toute la socit et dans l'ensemble de la francophonie, DOM-TOM, Qubec, Afrique... C'est une richesse et l'on ne peut que s'en rjouir. C'est avant tout sa capacit de cration et de renouvellement qui est le meilleur gage de l'avenir de notre langue
La langue franaise travers les ges
Larticle 2 de la Constitution de 1958 dit : La langue de la Rpublique est le franais . De tous les liens que nouent les hommes dans la cit, le lien de la langue est le plus fort, car il fonde le sentiment dappartenance une communaut. Parce que la mondialisation des changes et les progrs de la construction europenne ne cessent de le faire voluer, les pouvoirs publics sont appels raffirmer une politique de la langue qui, tout en veillant garantir la primaut du franais sur le territoire national, participe leffort de cohsion sociale et contribue la promotion de la diversit culturelle en Europe et dans le monde.
Depuis lÉdit de Villers-Cotterts (1539), la langue franaise est un lment constitutif de lidentit nationale. La langue franaise est au cur de lidentit franaise. Elle est, au plus profond, le lien, qui la ressemble autour des valeurs de la Rpublique. Elle permet de souvrir la diversit du monde, non seulement parce quelle sert doutil de communication entre les peuples au sein de lensemble francophone, mais aussi parce que le recours ventuel dautres langues suppose toujours un rapport de confiance avec la sienne propre. La langue est aussi un lment essentiel du patrimoine de France : son histoire, ses accents, ses variations, bref, son immense richesse doivent tre valoriss et mis la disposition du grand public, au mme titre que le patrimoine matriel. Aujourdhui, lusage du franais, langue de la Rpublique, est garanti sur le territoire de France, en vertu de la Constitution, dans une perspective douverture aux autres langues. Les pouvoirs publics disposent dun service charg danimer, au plan interministriel, la politique linguistique de lÉtat : la Dlgation gnrale la langue franaise et aux langues de France (DGLFLF). Rattache au ministre de la Culture et de la Communication, elle joue un rle de rflexion, dimpulsion et de coordination.
Prsente sur les cinq continents, dans 130 pays, avec 180 associations et 80 000 professeurs, la langue franaise est le lien fondateur dune communaut de 63 membres, associs ou observateurs de lorganisation internationale de la francophonie (OIF). 29 pays lont choisi pour langue officielle. Il est galement lune des deux langues officielles du comit international olympique et langue officielle et de travail de la plupart des organisations internationales, notamment celles du systme des Nations Unies et de lUnion europenne (UE) conformment au rglement CE N 1/ 1958 du 6 octobre 1958. Sur le territoire de lUE, le franais est la seule langue tre officiellement parle dans plus de deux États (comme lallemand) et bnficier dun rayonnement international (comme langlais ou lespagnol). La langue franaise est un outil de lien social et dpanouissement personnel, travers de nombreuses manifestations originales. Le vade-mecum de lusage du franais dans les institutions de lUE dit que : a) dans les runions, les reprsentants de la France sexpriment en franais, quil y ait ou non interprtation ; b) le Conseil des ministres de lUnion europenne ne dlibre et ne dcide que sur la base de documents et de projets tablis dans les langues officielles et donc en franais ; c) lors des runions informelles, les reprsentants franais sexpriment exclusivement dans leur langue ; d) ils sassurent quil ny a pas dabus de runions informelles sans interprtation ; e) dans les relations bilatrales informelles, il convient dutiliser le franais ou, dfaut, la langue maternelle de linterlocuteur chaque fois que la diversit linguistique peut tre encourage.
Le franais est galement lune des trois langues de travail du Comit des Reprsentants Permanents (CoRePer) (franais, anglais, allemand). Le franais est la langue du dlibr dans le systme juridictionnel communautaire. Les arrts et les avis de la Cour de justice des Communauts europennes et du Tribunal de premire instance sont ainsi rendus en franais, des traductions tant ensuite disponibles dans toutes les autres langues. Dans tous les cas, le franais doit tre utilis comme langue officielle et de travail. Les reprsentants franais rdigent les documents en franais et demandent recevoir en franais tout document de lUE dans les conditions rappeles par la circulaire du 30 novembre 1994. Tout reprsentant franais utilise la langue franaise lors de ses contacts avec lune des institutions de lUE : courrier, tlphone, tlcopie, courrier lectronique, etc. Les informations disponibles sur les sites internet doivent tenir compte de la diversit linguistique propre lEurope et comporter ainsi une version franaise de nature fournir une information aux internautes. Les sites internet institutionnels des organismes de recherche sont en gnral intgralement en franais et les informations principales sont traduites dans diffrentes langues. Les rapports dactivit sont souvent tablis en deux langues (franais et anglais). Pour les colloques tenus en France, la langue franaise est trs majoritairement la langue de communication.
La situation du franais comme langue de communication scientifique est contraste. Si la langue de lenseignement suprieur reste le franais, langlais tend devenir la langue vhiculaire au sein de la communaut des chercheurs notamment dans les sciences dites exactes o les chercheurs publient directement dans cette langue. Le franais demeure plus prsent dans le secteur des sciences humaines et sociales. La place du franais au sein des institutions europennes connat un nouveau recul en 2006. Le franais devient une langue de traduction et non plus de conception : en 1997, 40 % des documents produits la Commission faisaient lobjet dune rdaction initiale en franais (contre 45 % pour langlais). Ce chiffre est de 14 % en 2006 (contre 72 % pour langlais). Au Conseil de lEurope, si lusage du franais est protg par son statut de langue officielle et favorise par limplantation strasbourgeoise de lorganisation, langlais y progresse nanmoins, en particulier dans le travail avec le cabinet du Secrtaire gnral, dans les relations extrieures de lorganisation et dans ses programmes conjoints avec la Commission europenne. Lusage de langlais est rpandu, mais la vigilance des reprsentations diplomatiques des nombreux pays francophones permet au franais de conserver une position enviable.
Et maintenant passons directement lhistoire de la langue franaise.
Les origines
Do vient le franais ? En grande partie du latin populaire, parl en Gaule depuis la conqute romaine. La langue gauloise tait fort riche en voyelles : chaque consonne tait accompagne dune voyelle au moins. La langue franaise contient encore environ 250 mots gaulois, comme : balai, bouleau, rave, etc. Le franais a aussi un fonds celtique ; avec des mots surtout champtre, alouette, arpent, des noms de lieu. En mme temps, on peut dire que cest la plus germanique des langues romanes , du fait de linfluence des peuples germaniques, qui durant des sicles ont occup le Nord du pays. Lhistoire de la langue franaise commence avec linvasion de la Gaule par les armes romaines sous Jules Csar de 58 50 avant Jsus-Christ. On considre que la Gaule comptait alors environ 10 millions dhabitants. Aprs la conqute, les soldats et les commerants romains ont import avec eux le sermo cotidianus, ou latin vulgaire. Lassimilation est lente puisquelle se complte aprs plusieurs sicles, probablement aprs lvanglisation des milieux ruraux sous Dagobert. Le latin fonctionne comme langue de lcrit et de ladministration, tandis que le gaulois, de tradition orale puisquil ne scrivait pas ou peu, conserve alors une fonction de langue dchange.
IVe-XIIe sicles. Le roman et lancien franais
Il y a dabord une priode dite gallo-romane (du IVe au VIIIe sicle environ) puis romane (IXe-XIe sicles), avec une langue et une culture fondamentalement lies aux traditions latines, trs fortes dans le sud. Les premiers textes en roman (nom donn alors la langue) sont rares (Serments de Strasbourg, sign en 842, premier acte officiel crit du franais). Mais cette langue latine que les soldats romains ont apport en Gaule, ressemblait aussi peu au latin classique de Cicron et de Virgile. À Rome aussi il y avait deux langues bien distinctes : celles du peuple et des paysans, le latin populaire ; celle des savants et des crivains, dsigne sous le nom de latin classique ou littraire. Les deux langues employaient souvent des mots diffrents pour exprimer les mmes ides.
À partir des XIe-XIIe sicles, cest une priode dite gothique, avec influence des pays du Nord et surtout de lAngleterre, qui occupe une bonne partie de la France jusqu la fin de la Guerre de Cent ans. Cest la priode anglo-normande, avec des critures jambages (прямая черта, палочка в буквах) compliqus qui rappelle lart des cathdrales. Il ny a pas au Moyen Âge une langue, mais des langues parles, non pas un franais, mais des franais, avec une grande libert de structures et de tournures. De plus, on parle roman, mais on crit latin.
De mme que le latin populaire a donn en Gaule le franais, il devient litalien en Italie, lespagnol en Espagne. En France mme, la langue romane se partage en deux langues principales parles par les races rivales du Nord et du Midi. Au sud de la Loire, le pays ayant moins souffert tait rest plus indpendant et la civilisation romaine navait pas t entirement dracine; la langue y tait plus harmonieuse, plus brillante. Au nord de la Loire on parlait donc la langue dol ou le franais, au sud de la Loire, la langue doc ou le provenal. Les termes de langue doc et de langue dol proviennent de ce que ol tait oui au Nord, et oc tait oui au sud.
XIVe-XVe sicles. Le moyen franais
À partir de la fin du XIIIe sicle, la langue du roi est mieux reconnue et devient une langue de prestige. Mais la France reste un pays bilingue. Aux XIVe-XVe sicles, cest la priode des humanistes: sous linfluence de la Renaissance italienne, on assiste par rapport au latin un renouvellement et un dveloppement considrable du franais. Sous leffet de bouleversements majeurs (Guerre de Cent ans) et aussi dvolutions internes, cette langue se transforme rapidement. Proche lorigine de ses surs latines, italien et espagnol, elle sen loigne, devient plus savante. Son criture garde les lettres muettes de lpoque prcdente, qui ne sont plus prononces. Les anciennes dclinaisons disparaissent, lordre des mots change, la cor li roi devient la cour du roi, Dieu, en cui nom, devient Dieu, au nom de qui. Le vocabulaire senrichit avec des formes venues directement du latin, comme indubitable, rotule, captif, etc. Il prsente depuis, jusqu nos jours, ce double caractre la fois populaire et savant que lon retrouve dans lensemble de la langue. Vieux latin et germanique a t plusieurs reprises renouvel par les emprunts, des remaniements et des doublets. Cest avant tout par la traduction partir du latin que se rpandent les ouvrages en langue franaise ncessaires au dveloppement de la nouvelle culture.
XVIe sicle. La Renaissance
Avec linvention de limprimerie, et surtout partir de la Renaissance, la question de la fixation de la langue du roi se pose encore plus fortement. Il faut crire les lois, traduire la Bible, et les partisans du protestantisme, souvent des artisans et des gens des villes, vont faire beaucoup cet gard.
Les interventions royales bannissent le latin en faveur du franais dans les arrts de justice : ordonnances successives de 1490, 1510, et enfin de 1539, avec le clbre dit de Villers-Cotterts, qui entrine en bonne part une situation dj existante. Cest aussi lge dor des grands dictionnaires avec le Dictionnaire franoislatin de R. Estienne, 1539 et 1540, le Trsor de la langue franaise de Nicot, 1606, etc.
La Renaissance est de loin lpoque qui a connu la plus grande richesse lexicale, due aux emprunts au latin et surtout litalien (prs de 1 000 mots). On publie des Arts potiques, des grammaires. On prend la dfense du franais contre les langues anciennes (Deffence et illustration de la langue franoyse, 1549, de Joachim du Bellay). Ronsard et la Pliade prennent la tte dune vaste campagne en faveur du renouvellement de la langue et surtout de lorthographe, et ils connaissent le plus grand succs.
XVIIe sicle. Le franais classique
Au XVIIe sicle, les questions de langage passionnent non seulement la Cour et la Ville (de Paris), mais de larges couches provinciales. Faut-il dire sarpe ou serpe, doleur ou douleur ? On blme des tournures comme je le vous porterai demain [pour je vous le porterai], ou je ne le veux pas faire [pour je ne veux pas le faire]. Richelieu cre limprimerie royale (1640) et surtout lAcadmie franaise (1635), charge de faire un dictionnaire (lequel paratra seulement en 1694) et de prendre soin de la langue. Vers 1650 se forme dans les salons une intense vie mondaine, Mme de Rambouillet et les Prcieuses veulent tre des femmes savantes . Elles introduisent des faons de parler en partie ridicules, mais dautres lgitimes et qui nous sont restes. Elles veulent faire la loi, y compris sur le terrain de lorthographe (Dictionnaire des Prcieuses). Elles demandent une criture simple, car elles ne connaissent pas le latin.
Avec le rgne personnel de Louis XIV se fait jour une nouvelle Renaissance des lettres, des arts, de limprimerie franaise, et la langue en bnficie. Les premiers dictionnaires entirement franais de Richelet (1680), Furetire (1690), lAcadmie (1694) contribuent rpandre le beau langage .
XVIIIe sicle. Le Sicle des Lumires
À la priode suivante, lenseignement du franais se dveloppe. À ct dune certaine prciosit des milieux mondains, apparait avec lextension de la presse une prose nerveuse et incisive, qui saffirmera chez les Philosophes et surtout dans lEncyclopdie. LAcadmie, elle aussi, innovera constamment au XVIIIe sicle. Elle modifie plusieurs milliers de mots dans ses ditions de 1740, 1762et 1798, abandonnant lancienne orthographe et mettant en place celle qui est devenue prsent. Elle supprime les consonnes muettes du type bled/bl, crud/cru, apprentif/apprenti, verrouil/verrou, fruict/fruit, et tous les s muets internes qui servaient noter les diffrentes voyelles. Elle met en place pour les remplacer un systme complet daccentuation, accents aigus, graves et circonflexes. Le franais est devenu une grande langue diplomatique internationale , parle dans toutes les cour des rois et les ambassades. Voltaire est invit chez Frdric II de Prusse, Diderot Saint-Ptersbourg par la grande Catherine de Russie. On prend conscience du prestige ainsi acquis, ce qui ne manque pas damener un certain sentiment de supriorit. Ainsi, en 1784, le prix de lAcadmie de Berlin est donn Rivarol pour son discours sur luniversalit de la langue franaise, o il soutient la thse dune perfection de forme propre la langue franaise, grce sa clart et sa rationalit.
XIXe sicle. Rvolution, Empire. Le franais moderne
Vers la fin du XVIIIe sicle vient lpoque agite de la Rvolution. Sur le plan du vocabulaire, les mots comme gabelle, dme, snchausse, bailliage, vont disparatre et faire place de nouveaux termes, politiques, sociaux, institutionnels. On abolit les noms de titres (prince, sire, duc, et mme Monsieur, remplac par Citoyen). On instaure le tutoiement public. La syntaxe volue galement. Mais la Rvolution, une grande partie de la population sur lensemble du territoire comprend le franais mais ne lcrit pas et un habitant sur quatre, surtout dans les campagnes, ne parle que le patois ou la langue rgionale. Au dbut, tous les textes publics sont traduits dans le diverses provinces. Puis un retournement se fait, et la politique de la langue devient plus centralisatrice (Rapports de Barrre et de Grgoire, 1794). Les migrs franais maintiennent au dehors des usages dsuets, crant ainsi une coupure avec lvolution interne (on prononce ltranger javoes pour javois, javais en France.
Sous lEmpire, il y aura dans les lyces un retour au latin, avec un grand dveloppement des sciences et des mathmatiques. LAcadmie est restaure dans tous ses droits par Louis XVIII en 1816, et publie une dition nouvelle de son dictionnaire en 1835, une autre en 1878, avec des modifications non ngligeables. Le franais se dote de larmature ncessaire aux nouveaux impratifs dune ducation tendue (loi Guizot, 1832-1834). Les dictionnaires se font de plus en plus gros : Larousse, Grand dictionnaire universel en 17 volumes, 1865, puis le Dictionnaire de la langue franaise de Littr, 1872.
Sous Louis-Philippe, cot des mots du romantisme, les sciences et les inventions rpandent aussi dans lusage des systmes entiers de nouvelles nomenclatures, postes, chemin de fer, navigation vapeur, tlgraphe, etc.
Sous le second Empire, cest le monde de la presse, des affaires, de la publicit qui multiplie les nologismes et les termes de vulgarisation scientifique. Les anglicismes pntrent dans les domaines de la mode, de la politique et des sports. La langue populaire et largot commencent avoir droit de cit en littrature (Chanson des Gueux de Richepin, 1876). Les lois de Jules Ferry sur lEnseignement obligatoire (1882-1885) donnent lÉtat des obligations considrables, celles dapprendre lire et crire le franais lensemble de la population.
XXe sicle. Le franais contemporain
Les progrs de linstruction publique ont pour effet une meilleure connaissance gnrale de la langue, lvolution de la socit fait que chaque citoyen a besoin de bien la maitriser pour dfendre et exercer ses droits dans la vie quotidienne ; Les questions linguistiques prennent ainsi une importance accrue. Ces derniers temps, la langue orale semble reprendre plus que jamais sa marche en avant. Les troncations de mots se multiplient, mtro, Vel dhiv, Caf con, accu, cin. Les mots susent vite J3 a fait place hippy ; patant, mini-, maxi-, font place sensas, formid; elle est belle devient elle est trop , etc. Le domaine des dictionnaires senrichit sans cesse. Les mdias diffusent en permanence dans le public de nouveaux vocabulaires (sports, cinma, conomie, sciences). Mais inversement, leur influence a tendance unifier et normaliser les diffrentes faons de parler. Une langue a besoin pour se maintenir de se renouveler, elle a galement besoin dtre fixe. Il y a aussi linfluence de langlo-amricain, dont le rle croissant en tant que la langue de communication internationale ne signifie pas pour autant un recul des langues nationales, qui peuvent et doivent coexister et prosprer. Diverses missions de radio et de tlvision contribuent galement faire connaitre au public le dispositif denrichissement de la langue franaise. Les faons de parler le franais sont enfin de plus en plus diversifies, travers toute la socit et dqns lensemble de la francophonie, DOM-TOM, Qubec, Afrique.
Pour la premire fois dans lhistoire des Jeux Olympiques, lOrganisation internationale de la Francophonie (OIF), forte de ses 68 États membres, a sign le 26 novembre 2007 avec le Comit dorganisation chinois une convention pour promouvoir le franais aux Jeux Olympiques de Pkin , qui prvoit une srie dactions concrtes pour y renforcer la place du franais : mise disposition de traducteurs francophones, traduction de la plate-forme officielle dinformation, ralisation dune signaltique en franais, traduction de publications destines au public, comme le guide du spectateur, ou encore formation au franais des volontaires chinois.
Linfluence du franais dans le monde ne se limite pas son expansion hors de France, cest--dire la francophonie ; il ne se mesure pas seulement en nombre de locuteurs du franais langue maternelle ou langue seconde. Cest aussi la contribution du franais lenrichissement lexical dautres langues. Des domaines attendus, ceux de la cuisine et de la gastronomie ou de lhabillement sont bien reprsents : apritif, dessert, champagne, bonbon ont pntr litalien, lallemand, langlais ; le croissant est international ; potage est pass en italien, en catalan, en espagnol, en portugais, en breton. Langlais a hrit de nombreux mots franais. La jelly dlicatement teinte de vert par la menthe et qui agrmentait les sangliers dAstrix chez les Bretons est une version colore de la gele. Quant au porridge gris-brun, qui consolide les petits djeuners anglais, cest un potage de flocons davoine.
Beaucoup de termes franais du domaine militaire sont passs dans plusieurs autres langues, alors que le franais a hrit de nombreux mots franciques (dard, pieu, guetter, blesser, meurtrir, flche ).
Langlais se montre accueillant et riche, depuis fort longtemps, en expressions franaises. Il a hrit du franais, on le sait, la moiti de son vocabulaire. En particulier un certain nombre de mots concernant le voyage : langlais voyage, to travel voyager qui vient de travailler (alliant labeur et loisir); journey est le franais journe ; trip est issu dun ancien franais treper marcher, pitiner ; tour (utilis dans le franglais tour operator) est le franais tour. Juste retour des choses, car touriste et tourisme sont anglais. Dans le vocabulaire courant, dabord, o abondent les dj vu ou mal vu, les par excellence, les soi-disant, les faux-pas, les tours de force, les vis vis ou les raisons dtre. Les changes des mots entre langues voisines en contact est une rgle sans exception.
[B][/B]

La langue franaise travers les ges





reputation



 
 
 


« | »




03:32 AM.

- - - -

Powered by Alwaha® Version
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Adsense Management by Losha

new notificatio by 9adq_ala7sas
alwahatech.net

~][][ ][][~ || || ~][][ ][][~ || || || || || || ~][][ ][][~ || || || || || ~][][ ][][~ || || || ~][][ ][][~ || || || || ~][][ ][][~ || || || || || || || || || || || Adobe || || || || || || MP3 MP4 Ipod Ipad || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || ~][][ ][][~ || || || || || || || || || || || || ~][][ ][][~ || || || || || || || || || PSP || EURO || || || || Beijing 2008 || || || || || || || || || || || ~][][ ][][~ || || || || || || || || ~][][ ][][~ || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || || ( ) || || || || || || || || || || || || 2011 || || || cccam || || || || || EURO 2012 || || ||


RSS RSS 2.0 XML MAP HTML

- -